Screenshot_20211208-143402_Bixby Voice

Publié le 10 décembre 2021 par dans Retraité Lu 105 fois

Vos pompiers se racontent : Son confrère lui sauve la vie en 1982.

Vos pompiers se racontent : La vie sauvée par son confrère au printemps 1982

« Je me nomme Serge Bélanger. J’ai été pompier pour la ville de Longueuil du 14 mars 1977 au 1er avril 2007.

Au printemps 1982 vers 07h00, à la fin du quart de nuit, nous avons été appelé pour un feu de bâtiment de grande surface (salle de bingo) au 455 boulevard Ste-foy à Longueuil. À notre arrivée, une fumée noire sortait du bâtiment par la porte de côté qui était ouverte.

Ce matin là, ma position était branchier (porte-lance). J’ai pénétré dans la bâtisse par la porte ouverte suivi par les pompiers Yvan Sirois et Gilles Gendron, mon beau-père, et au fond de la salle il y avait 3 foyers d’incendie, soit des tables et des chaises empilées les unes sur les autres qui brûlaient assez intensément.

J’ai commencé à arroser le feu en balayant avec ma lance de gauche à droite. La fumée devenait de plus en plus dense et la chaleur augmentait considérablement. Après quelques minutes nous avons entendu un grondement, un peu comme un tremblement de terre.

Le pompier Sirois nous dit qu’il faut sortir, ça va sauter. Gendron et Sirois sortent du bâtiment et moi je suis encore à l’intérieur à environ 150 pieds de la porte. Je fait un demi-tour vers la sortie et ça fait BANG.

J’ai été projeté sur le dos en perdant mon casque et surtout ma lance et sans mon boyau je ne pouvais plus sortir; j’étais perdu.

J’apercevais les flammes qui me passaient par dessus, je me suis retourné sur le ventre en protégeant ma tête avec mes bras et je suis resté dans cette position sans bouger et je pense que cette décision a été la meilleure décision de ma vie.

Mon confrère le pompier Sirois qui était à l’extérieur du bâtiment est revenu à l’intérieur en suivant le boyau et par miracle m’a aperçu couché au sol et a agrippé la cloche de mon appareil respiratoire qui commençait à sonner et je lui ai dit sort moi d’ici MAN.

Ce matin-là j’avais un ange gardien qui se nommait Yvan Sirois. Par la suite je n’ai jamais compris que ce sauvetage n’avait jamais été souligné par les autorités de l’époque et après 40 ans il serait temps de le faire.

N’oubliez jamais chers confrères et consœurs que votre lance est votre porte de sortie. »

Pompier Bélanger
Matricule 76